CHIEN SHIUNG WU (1912 - 1997)
Avec cette physicienne sino-américaine, nous ne sommes pas directement dans le domaine de l’astronomie ou de l’astrophysique. Non, il s’agit plutôt de physique nucléaire. Mais après tout, les grands noms féminins de la physique ne sont pas si nombreux qu’il faille les faire passer pour quantité négligeable. Ainsi donc, Avec cette physicienne, nous avons un pur produit chinois : père et mère chinois, naissance en Chine, étude en Chine, enseignement en Chine. Très tôt elle a montré des aptitudes aux études si bien qu’on la retrouvera à l’université de Nankin. Elle tâtera des maths avant de se tourner vers la physique. Après l’obtention de son diplôme elle poursuit encore son parcours pendant deux ans et une opportunité se présente à elle de partir pour les Etats-Unis. Elle quitte la Chine en 1936. Elle obtient son doctorat en 1940 à l’université de Berkeley. Ensuite ses travaux, en collaboration avec des physiciens masculins donneront des résultats fondamentaux dans la connaissance de certains phénomènes nucléaires. Deux de ses collègues seront « nobélisés », alors qu’elle, une femme, « passera devant la glace ». Une illustration supplémentaire du machisme exercé par les comités de sélection ! Wu a pris le temps de se marier avec ...un physicien et ils auront un fils qui deviendra ...physicien ! Même en l’absence d’un Nobel. Le nom de cette femme brillante reste « incontournable » dans l’histoire de la physique nucléaire. Le prix Wolf, en 1978, est là pour en témoigner.
CLUB ASTRONOMIQUE M51 - DIVONNE-LES-BAINS PAYS DE GEX (France) www.clubm51divonne.fr